Théâtre-Cinéma Paul Éluard de Choisy-le-Roi • Scène conventionnée pour la diversité linguistique / Salle classée Art et Essai - Label Jeune Public

Our Blog

Vendredi 11 avril à 20h, spectacle en espagnol surtitré en français

Texte et mise en scène Claudio Tolcachir

Teatrotimbre4 – Argentine
Théâtre – 1h30 – dès 16 ans / tarif A

Un jour, par hasard, Emilia retrouve Walter, dont elle s’est longtemps occupée et qu’elle n’a pas vu depuis vingt ans. Invitée chez lui, elle l’écoute raconter sa réussite, entouré de sa femme et de son fils. Elle, elle est vieille, seule et démunie. Walter, dont la situation n’est pas aussi parfaite qu’elle en a l’air, ne perçoit pas le dénuement dans lequel est tombée son ancienne nourrice. L’amour inébranlable qu’Emilia voue à cet homme qu’elle a élevé la mène à commettre l’irréparable.

Depuis sa prison, Emilia nous parle d’amour inconditionnel. Elle nous guide dans ses souvenirs et nous raconte les événements qui l’ont menée là. Le passé se mêle au présent et ressurgit sous forme d’une nuit tragique, où tout a basculé.

Dans cette pièce, Claudio Tolcachir peint une galerie de portraits tendres et grinçants de gens qui s’aiment. Ils s’aiment, mais parfois plus par habitude ou par peur de la solitude que par amour. À travers cette histoire, l’auteur interroge la déconnexion et l’aveuglement face à la détresse des autres et questionne les différentes expressions de la solidarité et de l’amour.

Texte et mise en scène Claudio Tolcachir
Interprétation Elena Boggan, Gabo Correa, Adriana Ferrer, Francisco Lumerman, Carlos Portaluppi
Conception de l’espace Claudio Tolcachir
Scénographie et assistanat à la mise en scène Gonzalo Córdoba Estévez
Lumières Ricardo Sica

Production : TEATROTIMBRe4 (Bueno Aires, Argentine)
Production générale : TEATROTIMBRe4, Jonathan Zak et Maxime Seugé
Coproduction : Fundación Teatro a Mil au Chili, El Cultural San Martín en Argentine, Festival International de Rio Preto au Brésil…
Diffusion : Ligne Directe / Judith Martin
Avec le soutien du Teatro Pubblico Pugliese en Italie et de l’ONDA – Office National de Diffusion Artistique

« (…) L’histoire se fait et se défait par le biais des corps qui irradient une sensibilité étourdie, qui suffoque et lutte sans succès pour se libérer. Tolcachir sait qu’il n’y a pas de meilleur drame, à notre époque, que celui construit à partir de l’émotion pure que provoque un comportement instable né du manque d’équilibre nécessaire à l’existence. (…) » Carlos Pacheco, La Nación, 20 avril 2013

Comments are closed.