Théâtre-Cinéma Paul Éluard de Choisy-le-Roi • Scène conventionnée pour la diversité linguistique / Salle classée Art et Essai - Label Jeune Public

Our Blog

Mercredi 1er avril à 20h, dans le cadre de la 18e Biennale de danse du Val-de-Marne
En coréalisation avec la Briqueterie / Centre de développement chorégraphique du Val-de-Marne

Chorégraphie Marlene Monteiro Freitas
Marlene Monteiro Freitas – Portugal
Danse – 1h / tarif A • Création

Comment faire danser les statues ? Marlene Monteiro Freitas relève le défi dans De marfim e carne. Quatre personnages interprètent l’immobilité de ces figures emprisonnées, enfermées et pourtant source d’imagination. Chaque déplacement, chaque geste est réalisé avec une précision aigüe, presque obsessionnelle. Mouvement et musique se répondent en un dialogue tendu et entendu, comme lors d’un bal où chacun connaît par coeur les pas et les accords.

Trois musiciens accompagnent sur scène cette danse envoûtante. À la fois source d’animation et éléments de l’espace scénique, ils font partie intégrante de la scénographie presque vivante de cette création singulière.

L’imaginaire de ce ballet de figures immobiles dialogue avec la légende de Pygmalion, sculpteur amoureux de son oeuvre d’ivoire à laquelle il donnera vie. Marlene Monteiro Freitas s’inspire de ce mythe et propose une chorégraphie d’une forte intensité émotionnelle dans laquelle les statues s’animent et les gestes se chargent de sens et de réminiscence.

Chorégraphie Marlene Monteiro Freitas
Danseurs Andreas Merk, Betty Tchomanga, Lander Patrick, Marlene Monteiro Freitas
Musiciens Cookie et deux autres musiciens
Direction musicale Cookie
Lumières Yannick Fouassier

Ce spectacle est accueilli au Théâtre Paul Éluard avec l’aide à la diffusion d’Arcadi Île-de-France

Production : Bomba Suicida – Associação Cultural – Lisbonne
Coproduction (en cours) : Alkantara – Lisbonne (Portugal), Montpellier danse, Les Spectacles vivants – Centre Pompidou – Paris, CCN Rillieuxla- Pape, Musée de la danse – Rennes, WP Zimmer – Anvers
Avec le soutien de : Montemor (Portugal)
Photo © José Luis Neto

 

Télécharger la revue de presse : RP De marfim e carne (1,1 Mo)

« (…) Sur le plateau, la frénésie prend vite le ton d’une hallucination. Les sculptures mutent, un pas après l’autre. (…) Danser le visage reste une anomalie dans l’art chorégraphique. Depuis son solo Guintche (2010), galerie sidérante de grimaces et de transformations, jusqu’à sa nouvelle pièce pour sept performeurs De marfim e carne – as estatuas tambem sofrem, bal de zombies robotiques sur fond de cymbales, Marlene Monteiro Freitas apporte la preuve « que l’on peut tout lire sur un visage, la musique par exemple et même la danse ». (…) »

Rosita Boisseau, Le Monde

« (…) Cette nouvelle pièce est tout aussi singulière et porte la marque d’une vraie démarche, qui fait exploser en vol tous les canons de la danse et de la représentation du corps. (…) »

Nathalie Yokel, La Terrasse

VISITE EN DANSE ET EN MOUVEMENT AU MAC/VAL

samedi 21 mars de 15h à 18h
Pour tous. 10€ + achat d’une place pour De marfim e carne au tarif réduit.

Comments are closed.