Théâtre-Cinéma Paul Éluard de Choisy-le-Roi • Scène conventionnée pour la diversité linguistique / Salle classée Art et Essai - Label Jeune Public

Our Blog

Vendredi 17 janvier à 20h, spectacle en français surtitré en arabe

De Jean Genet / Mise en scène Stéphane Olivié Bisson

Compagnie Lamberto Maggiorani – France/Liban
Théâtre – 1h15 – dès 16 ans / tarif A

Une femme erre au milieu des décombres. Elle a perdu la mémoire. Autour d’elle sont éparpillés des vêtements, des objets, des indices qui, peu à peu, lui permettent de comprendre ce qui s’est passé. À chaque pas, elle manque de s’effondrer. Et à chaque pas, dévastée, usée, mais droite, elle reste debout.

En septembre 1982, Jean Genet se trouve au Liban. Le lendemain des massacres, il pénètre dans le camp de Chatila et est le premier Européen à poser les yeux sur l’horreur. Il commence à écrire son texte immédiatement, dans l’urgence de l’émotion, de la colère et du dégoût. Ses mots résonnent sur la scène dans la bouche de la comédienne libanaise Carole Abboud en un poème poignant, dense et tendu.

Dans une mise en scène grave et lente, Stéphane Olivié Bisson met en lumière la poésie déchirante de ce texte de Genet, cette oraison funèbre pour des morts sans sépulture, pour que nul n’oublie jamais.

De Jean Genet
Mise en scène Stéphane Olivié Bisson
Interprétation Carole Abboud
Assistant à la mise en scène Nasri Sayegh
Son Yoann Perez
Lumières Marc Ronfard

Production : Compagnie Lamberto Maggiorani
Coproduction : Théâtre Paul Éluard de Choisy-le-Roi
Coréalisation : Théâtre Monnot de Beyrouth
Avec le soutien de l’Institut français du Liban

« (…) Un texte dense, tendu, d’une poésie funéraire et déchirante. (…) Lumière blafarde et crépusculaire sur un décor d’apocalypse, de poussière, de gravats, de ruines et de destructions. Les souvenirs noirs émergent du passé. (…) Dans ce paysage dantesque, cauchemardesque, dans ce paysage de fin du monde, une femme hébétée, titubante, blouse blanche sur un corps décharné, traverse la scène. (…) Cette «diseuse» est la voix du poète visiteur: elle porte l’éclat de ses mots qui claquent comme un fanion au vent mauvais, aux premières lueurs du jour. » Edgar Davidian, L’Orient du jour, 19 janvier 2013

> CINÉ-CONFÉRENCE DE L’ÉCRAN À LA SCÈNE, de Incendies à Quatre heures à Chatila
jeudi 9 janvier à 19h

Le Québécois Denis Villeneuve a transformé Incendies, pièce de son compatriote Wajdi Mouawad, en un thriller fascinant dans un Liban déchiré. À la suite de la projection, le metteur en scène Stéphane Olivié Bisson mettra en parallèle le film et sa pièce, Quatre heures à Chatila.

Tarif : 4€ – Sur réservation auprès du Cinéma.

> CONFÉRENCE/RENCONTRE, avec Stéphane Olivié Bisson et Carole Abboud
mardi 14  janvier à 19h

Lors de cette soirée, vous découvrirez Les enfants de Chatila de Mai Masri. Ce documentaire suit le destin de deux enfants palestiniens qui grandissent dans le camp. Ils luttent pour mener une vie « normale » malgré les dures réalités d’un camp de réfugiés. Le metteur en scène Stéphane Olivié Bisson et la comédienne libanaise Carole Abboud poseront un regard croisé sur le film, la pièce Quatre heures à Chatila et l’expérience vécue de la jeune femme de la guerre du Liban.

Sur inscription, sous réserve de l’achat d’une place pour le spectacle.

 

Comments are closed.